L'ENSEIGNEMENT

13/10/2016

L’ouverture des formations à des domaines artistiques beaucoup plus nombreux ainsi qu’à des publics très diversifiés, notamment sur le plan de l’âge, conduit à trouver de nouveaux modes d’organisation pédagogique.

En premier lieu, il est nécessaire de mettre en œuvre un cadre favorisant une souplesse accrue du parcours de formation :

- par l’élaboration d’outils mis à la disposition des équipes pédagogiques,

- par le traitement singulier de certains profils ou parcours,

- par l’encouragement des initiatives dès lors qu’elles sont fondées sur une conception cohérente et solidement élaborée.

Sans renoncer au cursus complet par cycle qui conduit à la délivrance de certificats ou de diplômes nationaux – parcours qui a fait ses preuves – s’ajoute l’offre de parcours plus souples.

    

La mise en place de parcours spécifiques confirme la double vocation de l’établissement :

- à former dans la durée,

- à apporter un soutien à l’ensemble des pratiques.

Ainsi, un nouvel équilibre peut être trouvé, garantissant l’objectif d’acquisition durable de compétences et la prise en compte de la diversité des profils et des motivations.

Outre les enjeux communs à l’ensemble des schémas d’orientation pédagogique, la section musique souhaite mettre l’accent sur la nécessité de :

 

* Renforcer les liens avec les établissements scolaires

Depuis  le premier protocole d’accord signé en 1983, entre le ministère de l’éducation nationale et le ministère chargé de la culture, les liens entre les établissements scolaires et les conservatoires n’ont cessé de se renforcer pour que les jeunes d’âge scolaire bénéficient d’une éducation musicale de qualité aussi bien en temps scolaire qu’hors temps scolaire. Parmi les dispositifs existants, les classes à horaires aménagés ainsi que les horaires concertés de la sixième à la terminale, constituent un moyen précieux pour notre projet éducatif.        

 

* Une éducation globale

Que l’on ait choisi un cursus complet ou un parcours spécifique, il est important d’éviter la segmentation des apprentissages en créant, entre eux, des liens nécessaires. La conception de la formation musicale doit être globale pour être cohérente.

Parmi les enjeux pédagogiques qui apparaissent comme prioritaires aujourd’hui, les démarches liées à l’invention (écriture, improvisation, arrangement, composition) constituent un domaine important de la formation des instrumentistes et des chanteurs. Elles font l’objet d’une initiation dès la fin du  1er cycle.

 

* Renforcer la place de la culture musicale

L’apport de la culture musicale dans la formation aux pratiques n’est plus à souligner. Il faut cependant rappeler qu’une attention particulière doit toujours y être portée.

Les domaines que recouvrent l’analyse, l’histoire ou la culture musicale peuvent faire l’objet de démarches adaptées dès le 1er cycle, se consolidant et se structurant à partir du 2ème cycle. Dans un domaine aussi foisonnant, des modules spécifiques apportent des réponses aux différentes attentes. Ainsi, face aux besoins des musiques de tradition orale, la mise en place de repères d’écoute est nécessaire. (D'où l'importance des concerts "Ecouter Voir"

 

 * Soutenir les pratiques collectives et l’accompagnement

Enfin, poursuivant l’effort déjà entrepris, la place réservée aux pratiques collectives doit être consolidée pour s’affirmer comme centrale. Si, à l’évidence, l’exigence d’une formation individualisée demeure, c’est bien, pour la grande majorité des élèves, la musique d’ensemble qui sera le cadre privilégié de leur pratique future et qui, par des réalisations qu’elle génère, donne tout son sens à l’apprentissage.

Please reload

Conservatoire musique, danse et théâtre

Montserrat Caballé

© Conservatoire musique danse théâtre Montserrat Caballé - 2019

Crédit photo: © Maud Landes - © Perpignan Méditerranée Métropole

Suivez-nous !

LIENS UTILES

Infos légales

Éditeur